13 mai 1909 : 228 postiers révoqués

 » Les faits tout d’abord : tout a commencé le 12 mars. Les postiers du central téléphonique sont excédés par l’absence de promotions et le favoritisme qui règne, selon eux, dans le tableau d’avancement. Ils lancent une grève que je qualifie d’insurrectionnelle et qui s’étend à toute la Poste. Ils demandent le départ du sous-secrétaire d’Etat aux postes Symian qu’ils rendent personnellement responsable de cette situation.

La suite vous la connaissez : le préfet de police Lépine essaie d’intervenir pour ramener le calme et il est blessé pendant les échauffourées.

greve-des-postes.1242198568.jpg

greve-des-postes-1909b.1242198666.jpg

La grève dégénère : des affrontements en pleine rue entre postiers grévistes et policiers en civil

C’est à ce moment que le gouvernement fait voter par la Chambre un pouvoir de révocation immédiate et qu’il envoie la troupe pour trier elle-même le courrier.

Fin mars, les délégués des grévistes sont reçus par le Président du Conseil Clemenceau qui refuse de satisfaire leurs deux exigences : l’assurance qu’il n’y aura pas de révocation et le départ du sous-secrétaire d’Etat.

Le mouvement se poursuit : trois millions de lettres et plus de 100 000 télégrammes sont en souffrance.

Pendant tout le mois d’avril et en début mai, les affrontements en grévistes et non grévistes se multiplient. Les interventions de la police et de l’armée sont quotidiennes. On dénombre plusieurs actes de sabotages que le gouvernement fait constater par la justice.

En dehors du monde postal, d’autres conflits sociaux violents ont lieu à Méru-sur-Oise, Mazamet et Hazebrouck.

Clemenceau tient bon.

La Chambre continue à soutenir l’exécutif par des votes de confiance et refuse une nouvelle fois le droit de grève des fonctionnaires.

A ce jour, 228 postiers ont été révoqués et le mouvement semble se tarir. »

Ma conférence à l’Ecole de Guerre comme professeur associé, en présence de son directeur le général Foch, me donne l’occasion, comme souvent, d’évoquer l’actualité immédiate. Les officiers qui m’écoutent sont attentifs. Certains d’entre eux ont dirigés des régiments engagés dans la répression des conflits sociaux. Discrètement -obligation de réserve oblige – ils se révèlent plus critiques que leurs collègues sur les méthodes du gouvernement :

 » Est-ce bien à la troupe de faire du maintien de l’ordre ? »

 » Ne risque-t-on pas, comme en 1907, une collusion entre les grévistes et les soldats qui sont souvent du même milieu social ? »

Je réponds à ces questions en expliquant qu’effectivement la troupe ne doit intervenir qu’en dernier recours. J’insiste sur le fait que les administrations doivent profondément être réformées pour améliorer les conditions de travail et d’avancement des fonctionnaires. Quand un conflit survient, c’est un signe d’échec de la direction au quotidien des services.

 » Et l’armée, qui la réforme ? »

Foch se retourne, furieux et cherche des yeux l’officier impertinent qui a crié, caché au fond de la salle. Il demande, en vain : « quel est l’âne qui a dit cela ? »

Silence. Pas de Cgt dans l’armée, pas de conflits sociaux. Des régiments prêts à soutenir le gouvernement dans la répression.

Et surtout : silence dans les rangs. 

greve-des-postes2.1242198832.jpg

4 commentaires sur “13 mai 1909 : 228 postiers révoqués

Ajouter un commentaire

  1. Après les photos choquantes de suppliciés chinois, de condamnés français, voici d’autres images difficilement supportables : des affrontements entre grévistes et policiers, où l’on distingue nettement un lancer de chaise particulièrement brutale. (il semblerait qu’aucun pied n’ait été brisé, heureusement).

    Merci de vous modérer, cher LeTigre, dans vos choix iconographiques !

    J'aime

  2. L’un de mes amis, Monsieur Winkell, vient justement d’être révoqué pour avoir fait grève en ce mois de mai.
    Mais il a porté l’affaire devant la juridiction administrative, et nous tous, fonctionnaires d’état, ne pouvons qu’espérer que le Conseil d’Etat lui donnera raison…

    J'aime

  3. Un ami de la famille, et postier de son état, monsieur Winkell, vient d’être révoqué pour avoir fait grève en ce mois de mai.

    Il a porté l’affaire devant la justice administrative, et nous tous, fonctionnaires, ne pouvons qu’espérer que celle-ci nous reconnaitra enfin un droit de grève à l’image de celui reconnu aux autres travailleurs.

    J'aime

  4. Bonsoir le Tigre. J’avais délaissé l’année 1909 ! Les jours passent sans qu’ils puissent revoir le jour. Hélas et désolé d’une plutôt longue absence ! Cette grève de postiers en 1909 me rappelle les travaux d’Henri Fayol publiés en 1916 (ou 1918), « Administration industrielle et générale ». Fayol, ingénieur des mines et inventeur de la fonction d’administration générale, a été appelé au chevet de plusieurs administrations publiques pour leur rendre de l’efficacité. Il envisageait deux solutions pour la poste : la privatiser (déjà !) ou y importer les méthodes de l’industrie privée (nommer un directeur général et faire que ça ne soit plus le ministre en charge d’y-celle qui s’occupe de tout et de rien). En 1909, le ministre en faisait visiblement encore trop ! Mais que Fayol faisait donc en 1909 ? A approfondir. Cordialement. Irnerius.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :