14 septembre 1908 : Promenade inoubliable dans Berlin (1)

L’avantage d’une négociation internationale qui se finit plus tôt que prévu est de laisser du temps pour la promenade. C’était mon rêve depuis longtemps de découvrir ce nouveau Berlin, devenu le centre du principal empire de l’Europe continentale.

Nous remontons vite Unter den Linden – la grande avenue centrale « sous les tilleuls » – pour la prendre à son début. L’ambassadeur Cambon me montre les principaux monuments.

Nous admirons la fameuse porte de Brandebourg qui marquait l’entrée ouest de Berlin avant que la ville ne s’étende – avec démesure – au moment où elle est devenue capitale impériale.

porte-brandebourg.1221384776.jpg

Le diplomate me raconte que le quadrige qui surmonte la porte avait été démonté par Napoléon et gardé à Paris jusqu’à la chute du 1er Empire ! Le retour du monument avait donné lieu à une grande fête :

porte-de-brandebourg-retour-du-quadrige.1221385483.jpg

Jules Cambon me montre aussi quelques photographies de cette porte au moment où les Allemands ont fêté notre défaite de Sedan, en 1871:

porte-brandebourg-en-1871.1221385689.jpg

Nos pas nous mènent ensuite vers le Reichstag, le parlement de l’Empire, où les députés sont élus au suffrage universel. Cambon me rappelle que le découpage des circonscriptions n’a pas été actualisé depuis longtemps et qu’il défavorise le parti de gauche SPD :

berlin-statut-de-bismarck-devant-le-reichstag-1900.1221386253.jpg 

L’officier de garde, en faction derrière la statue de Bismarck, reconnaît notre ambassadeur. Il nous laisse pénétrer dans le bâtiment pour assister à quelques minutes d’une séance en cours :

reichstag.1221386632.jpg

L’atmosphère est aussi bruyante et surchauffée qu’à la Chambre des députés parisienne. Mêmes discours qui n’en finissent plus, mêmes envolées lyriques souvent stériles, mêmes interpellations « scandalisées » de l’opposition et mêmes réponses péremptoires des membres du gouvernement. Seule différence : on s’invective dans la langue de Goethe. Je propose à Jules Cambon de quitter au plus vite ce lieu qui me rappelle trop les longues séances de nuit que je suis obligé de supporter quand j’accompagne G. Clemenceau.

En partant, je jette un coup d’oeil sur une grande photographie murale immortalisant la pose de la première pierre du bâtiment en 1884, par l’Empereur Guillaume 1er, en présence de Bismarck :

reichstag-pose-de-la-1ere-pierre-1884.1221387805.jpg

Puis nous remontons Unter den Linden vers le centre de la capitale.

berlin-unter-den-linden-blick-von-der-schlossbrucke-1900.1221388263.jpg

A suivre…